Insurrections de 1838

Insurrections patriotes 1837-1838

 
Carte
 

1838 : soulèvements et invasion

Réfugiés aux États-Unis, les chefs patriotes poursuivent la lutte et préparent un nouveau soulèvement avec l’appui d’Américains. Le plan audacieux consiste à provoquer de nombreux incidents au sud du Québec tandis qu’une armée patriote bien équipée traverse la frontière américaine pour s’emparer de Montréal et des places fortes, juste à temps pour que l’hiver vienne paralyser les mouvements de l’armée anglaise.
 
Cependant, le refus des États-Unis d’aider les insurgés et les problèmes de communications compromettent ce plan audacieux. Les patriotes sont à nouveau défaits lors des batailles de Lacolle et d’Odelltown.
 

11-À Potton, un groupe de patriotes venu du Vermont attaque des Loyalistes le 27 février 1838. Il y a un mort et trois blessés.
 

12-À Caldwell’s Manor (Noyan), 600 patriotes, venus des États-Unis, proclament l’indépendance de la République du Bas-Canada, le 28 février 1838. Ils doivent vite retraiter devant l’arrivée d’un groupe de volontaires.
 

13-À Saint-Constant, des patriotes attaquent les maisons de personnes fidèles au gouvernement anglais, le 3 novembre 1838.
 

14-À Sainte-Martine, des patriotes repoussent des soldats volontaires, le 3 novembre 1838, puis se rallient au camp de Napierville.
 

15-Des patriotes, commandés par Chevalier de Lorimier, attaquent le manoir du seigneur Ellice de Beauharnois, le 3 novembre 1838, puis s’emparent d’un bateau à vapeur, avant de rallier le camp de Napierville.
 

16-Des patriotes de Châteauguay tentent de désarmer les Amérindiens de Kahnawague. Il y a plusieurs prisonniers. Deux d’entre eux seront plus tard pendus.
 

17-À Terrebonne, la police fait face aux patriotes d’Éloi Marier. Les deux parties s’entendent finalement pour éviter la violence et signer un traité.
 

18-Au matin du 4 novembre, le « camp de Napierville » compte 3 000 hommes commandés par Charles Hindenlang et Robert Nelson.
 

19-400 patriotes, qui prennent livraison d’un convoi d’armes, sont pris en embuscade par des loyalistes le 6 novembre. Il y a plusieurs morts et les armes sont perdues pour les patriotes.
 

20-Dans un ultime effort pour rejoindre les États-Unis, 700 patriotes affrontent les Loyalistes réfugiés dans une église. À court de munitions, ils doivent se disperser et évacuer le camp de Napierville.